Culture·pêle-mêle

Pêle-Mêle Culture #3

 

pele-culture-3-titre

De retour parmi vous avec un nouveau Pêle-Mêle, le rendez-vous dominical qui fait le point sur ce que j’ai consommé cette semaine. On est parti !

Charly 9, un livre de Jean Teulé (2011)

charly-9

Charles IX fut de tous nos rois de France l un des plus calamiteux. A 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint Barthélemy qui épouvanta l Europe entière. Abasourdi par l énormité de son crime, il sombra dans la folie. Courant le lapin et le cerf dans les salles du Louvre, fabriquant de la fausse monnaie pour remplir les caisses désespérément vides du royaume, il accumula les initiatives désastreuses. Transpirant le sang par tous les pores de son pauvre corps décharné, Charles IX mourut à 23 ans, haï de tous. Pourtant, il avait un bon fond.

Ce n’est pas la première fois que je me retrouve avec un roman de Jean Teulé entre les mains et ce ne sera certainement pas la dernière. Sa plume, toujours aussi rafraîchissante me fait beaucoup de bien. Son langage, à la fois soutenu et grossier, nous fait passer du rire à l’effroi. Charly 9 n’est pas mon favori et, parmi les écrits historiques du même auteur, j’ai nettement préféré le Montespan ainsi que Mangez-le si vous voulez mais il regorge néanmoins de quelques pépites et d’anecdotes croustillantes. Je ne prends jamais la peine de vérifier les sources historiques de Jean Teulé car, ici, ce ne sont pas les faits qui m’intéressent mais le développement des personnages. Au fond, peu m’importe si ce qui est dit est vrai ou non, tant que je passe un bon moment.

Mulholland Drive, un film de David Lynch (2001)

Après un accident, Rita prend refuge chez Betty Elms, jeune comédienne ambitieuse. Mais des liasses de billets témoignent d’une vie antérieure.

Certains films ont parfois l’effet d’une gifle. Un coup de poing qui vient chambouler ta vision du cinéma. Mulholland Drive en fait parti. Je ne saurais mettre le doigt sur ce qui m’a bouleversée tellement l’intégralité de ce film m’a happé l’esprit. Certaines scènes sont venues s’ancrer en moi pour tourner encore et toujours comme un vieux disque raillé. Il y a si peu à comprendre mais tellement à ressentir que je pense revoir ce film le plus tôt possible.

13 Reasons Why, une série de Brian Yorkey (2017)

Un garçon nommé Clay reçoit une boîte à chaussures remplies de cassettes de sa défunte amie Hannah, récemment suicidée. Sur les cassettes qui doivent être passées de mains en mains, Hannah explique que chacun a joué un rôle dans sa mort, et donne les 13 raisons expliquant son passage à l’acte.

Habituellement à la ramasse totale en ce qui concerne les séries (avec un retard d’environ 3000 ans par rapport aux autres), je me suis enfilé 13 reasons why en même pas 2 jours (et seulement quelques semaines après son arrivée sur Netflix, exploit). Mon bilan : une série prenante, agréable avec néanmoins quelques défauts. Le suspens, toujours grimpant, a malheureusement tendance à créer à plusieurs reprises des petites incohérences qui font retomber le flan une fois que les réponses nous sont délivrées. Les personnages, qui se défont difficilement des stéréotypes qui leur sont attribués -et ce malgré quelques bonnes surprises – ne nous aident pas à l’identification de part leurs réactions parfois beaucoup trop extrêmes. Et c’est vraiment là que c’est dommage car le sujet est fort. Il est bon de parler du harcèlement en ne montrant pas uniquement le visage de la victime. Pas de révolution dans cette série donc, mais un bon moment à passer les soirs de nuit blanche.

Et toi, qu’est-ce que tu as vu/lu/écouté de nouveau cette semaine ? N’hésite pas à laisser ton avis dans les commentaires.

A la revoyure.

Lo

Publicités

2 commentaires sur “Pêle-Mêle Culture #3

  1. J’ai regardé 13 reasons why et je ne suis pas trop déçue. Au début j’ai eu très peur que ce soit tout nian nian, que les motivations soient toutes moisies mais je suis bien d’accord, ça monte crescendo. Ce que je reprocherai, c’est l’effet catalogue. Voilà, on a un panel de ce qui peut pousser une ado à mettre fin a ses jours. Il y a des personnages qu’on a envie de baffer. Je ne sais pas pourquoi, j’ai bien aimé, peut être parce que ce sujet me touche. Ils ont même trouvé un moyen d’amorcer une deuxième saison. Je l’attendrai donc.

    Aimé par 1 personne

    1. Si le sujet t’intéresse, je te conseille le documentaire Audrie and Daisy, disponible sur Netflix également.
      Effectivement ce coté catalogue est très gênant, notamment pour la cohérence des personnages. Certains sont de véritables brutes qu’on soupçonne des pires choses et, lorsque l’on connait enfin leur histoire, ils s’adoucissent brusquement alors que dans la partie « présent » il n’y a que quelques jours qui passent (on ne peut envisager un tel revirement de personnalité en quelques heures).
      Je ne sais pas trop quoi penser de cette saison 2. Ça fait vraiment forcing comme entrée en matière et un peu gros. Tous les drames que connaissent les lycéens seront réunis dans un seul bahut. Mais je regarderais surement et verrais ce que ça donne 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s